Témoignage de Pierre Jeanloui, humanitaire au Brésil


Tu peux être à l'endroit le plus sombre dans une favela brésilienne, sur un site d'enfouissement, mais si au milieu de la rue vous voyez un enfant jouer ou sourire, rien ne semble plus comme avant, c'est comme si elle surgissait le soleil.

Les enfants conquièrent, bougent, surtout les enfants brésiliens, si différents les uns des autres - blonds, bruns, crépus, blancs, noirs, métis et si beaux, presque sans vêtements et sales comme ils sont.

Puis vous regardez les adultes autour de vous et, pensant qu'à l'avenir ils pourraient le devenir, vous voulez les emmener, ces enfants, vous voudriez les emmener. Loin de la cachaça, loin d'une vie de privations et d'expéditions qui les feront vieillir avant l'heure. Si nous approchons sa mère à chaque enfant, si nous approchons son père à chaque enfant (certes si nous le trouvons, dans les favelas du Brésil les pères disparaissent facilement), c'est comme si tout était déjà écrit. C'est simplement à partir d'ici que nous avons commencé, après avoir vu la triste situation de vie de ces êtres sans défense.

On s'est dit qu'on ne pouvait pas rester là à regarder. Avec les moyens que nous avons pu trouver entre nous et avec la collaboration des Salésiens et des Salésiens du Brésil, nos guides et nos compagnons de voyage, indispensables dans ce pays fascinant plein de contrastes et d'espoir. Nous sommes partis de la construction d'un lavoir public au milieu d'une petite favela sans eau dans une ville brésilienne inconnue et nous ne nous sommes jamais arrêtés. Le fait d'y penser maintenant vous fait presque sourire. Il y a maintenant tant d'enfants - des milliers - que nous avons aidés à grandir et que nous pouvons aujourd'hui compter sur un avenir meilleur.

Même les "enfants des rues" de la ville ont un destin déjà marqué ; on les voit dormir dans des dessins animés, respirer de la colle, migrer en troupeaux, ils sont effrayés, si unis et avec cet air de vol dans les yeux, mais ils ne sont que des enfants sans avenir. 

Il faut du courage pour aller les chercher, de la patience pour les convaincre un à un qu'une maison et des règles valent mieux qu'un morceau de carton dans la rue. Ils sont méfiants, indépendants ; Raymundo Mesquita, le salésien de Don Bosco, les a chassés toute leur vie et en a sauvé beaucoup de la rue. Ce sont des gens comme lui que nous aidons et qui nous font espérer un Brésil meilleur, sans garçons et filles des rues, sans favelas.

Tout a commencé par une tragédie, une tragédie pour quelques amis. Carlo Marchini était un jeune homme comme beaucoup d'autres. En vacances au Brésil, il avait fait une petite contribution, collectée entre amis, à un missionnaire salésien sur le Rio Negro, en Amazonie. Là, nageant dans la rivière avec les enfants de la mission, il a été aspiré dans un tourbillon et n'est jamais revenu. C'était le 2 janvier 1992. Maintenant, il repose pour toujours à São Gabriel de Cachoeira, sur le Rio Negro. Sa mort a été un éclair dans le ciel clair. L'idée de fonder une association en son nom est née ainsi, parmi huit amis, pour se souvenir de lui, parce que de cette tragédie pour quelques-uns est née une nouvelle opportunité pour beaucoup, grâce aux braves Salésiens brésiliens que nous connaissions déjà.

Tout ce qui a suivi - les centres d'accueil, les écoles, l'aide à des milliers d'enfants - pour ceux qui croient est l'œuvre de la Providence, pour ceux qui ne croient pas en une raison d'espérer dans un monde meilleur, et ce n'est pas rien. La première favela dans laquelle nous avons opéré, celle du lavoir public, n'est plus une favela, mais le Bairro (quartier) Dom Bosco dans la ville de Barbacena. Que faire ? Créer une association était une façon de s'engager à faire plus, il ne suffisait pas de donner le sien ; convaincre les autres de donner aurait donné de meilleurs résultats. Chacun d'entre nous s'est engagé à faire connaître l'association, à trouver de nouveaux membres parmi ses amis, sa famille, ses connaissances.

En 1992, l'idée de l'adoption à distance n'était pas encore très répandue, mais le principe était simple et est venu créer un lien concret entre ceux qui donnaient et ceux qui recevaient : une lettre, une photo, les salutations échangées à Pâques et à Noël ou pour l'anniversaire ont donné à l'enfant un sentiment plus important et le donneur une utilité, impliqué dans la vie des personnes qui ont aidé. Bien sûr, tout ne s'est pas bien passé, mais nous avons appris de nos erreurs : nous avons compris qu'il valait mieux inviter tout le monde à ne pas envoyer de cadeaux ou d'argent à des enfants adoptés individuellement, pour éviter des complications douanières sans fin, des jalousies, un petit chantage moral..., nous avons compris qu'au Brésil les familles déménagent très facilement, toujours dans l'espoir

Ils n'ont généralement rien à perdre et presque rien à emporter avec eux.

Il nous est donc très difficile de suivre un enfant lorsqu'il se déplace. Aider les autres est parfois plus difficile que vous ne le pensez. C'est pourquoi il était si important pour nous de coopérer avec la population locale.

A chacun de nous sa tâche : nous connaissons notre peuple, nous vivons et travaillons en France, nous laissons les Brésiliens de bonne volonté travailler au Brésil, et jusqu'à présent, heureusement pour nous, nous en avons connu beaucoup.

Les autorités locales ont également appris à nous connaître et à nous apprécier pour cela ; ce n'est pas un hasard si beaucoup des terrains sur lesquels les nouveaux centres d'accueil ont été construits, les nouvelles structures, nous ont été données par les maires, par les autorités politiques : nous améliorions les quartiers les plus dégradés de la ville, pourquoi ne pas nous aider pour le faire ? À Juina, dans le Mato Grosso, on nous a même accordé la citoyenneté d'honneur.